Féminin et Masculin (Mère universelle)

Veröffentlicht auf von AKOUALAH

par Brahmacharini BHAKTI


Dans la tradition de l’Inde, l’univers entier est l’union étroite de ces deux principes.

Le « samkhya », pensée dualiste, accepte parallèlement une Nature éternelle et inerte (pôle féminin) et un Principe conscient (principe masculin), de natures totalement différentes. De leur association, naît l’univers.


Pour les védantins, seul le Principe Suprême, absolu, « brahman » a une existence réelle. Associé à « Mâyâ » (Son pouvoir de projection), il devient « Îshvara », et l’univers alors se déploie, se manifeste. Dans cette vision, le Soi - la Pure Conscience -, n’est pas différent en essence de l’univers, qui se déploie par la force créatrice inhérente au Soi (Mâyâ, principe féminin).


Dans le shivaîsme du Cachemire (1), les principes masculins et féminins sont désignés par les termes « Shiva » et « Shakti ». Comme le Vedânta, le Shivaïsme du Cachemire reconnaît la Conscience pure et transcendantale (Shiva), mais insiste davantage sur l’aspect dynamique de la Conscience indissolublement unie à l’énergie.

La différence entre les deux pensées tient donc au rôle décisif joué par la « Shakti », l’énergie restant d’ordre matériel pour le Vedânta. « Shiva » est le principe absolu, transcendant, appelé « Sadashiva » quand Il devient actif, et « Shakti » représente le Principe Féminin.


Dans la pensée chinoise, le « Tao » ( 2) définit deux pôles : le « yin » et le « yang », donc la polarité masculin-féminin. Le « yang » est le pouvoir fort, masculin, créateur, associé au Ciel et au mouvement. Le « yin » est l’élément réceptif, féminin et maternel, associée à la Terre et au repos.


Ainsi, l’univers entier est l’union de ces deux principes masculin et féminin. Les éléments masculins sont l’action, la pensée rationnelle, l’audace, la compétition, jusqu’à l’agressivité ; les éléments féminins sont la pensée intuitive, la patience, l’amour, l’empathie. Ces deux pôles doivent être équilibrés et unis pour que l’être atteigne l’épanouissement.

L’exil du féminin

Depuis des siècles, la société occidentale favorise traditionnellement le côté masculin et valorise de façon excessive l’action, la compétition, la pensée rationnelle… Les occidentaux ont généralement du mal à réconcilier les contraires - lumière et obscurité, bien et mal, gain et perte -, et sont également mal à l’aise vis-à-vis de la bi-polarité masculin/féminin en eux.

Les sagesses orientales au contraire sont basées sur le principe de la polarité des contraires : les opposés sont différents aspects du même phénomène.

Aujourd’hui, le principe féminin est de plus en plus exilé d’un monde dominé par la violence, l’agressivité, la colère, l’égoïsme, la conquête et la destruction de la Nature (Mère Nature…).

Le traitement fait aux femmes, au cours de l’histoire jusqu’à aujourd’hui, illustre également ce déséquilibre. Les hommes sont encore réticents à comprendre, accepter et reconnaître comme il convient les femmes et l’aspect féminin de la vie. La place faite aux femmes et les entraves que leur ont imposées les hommes dans de nombreuses sociétés traduisent cette incompréhension.

Souvent, les hommes se considèrent comme supérieurs aux femmes à la fois physiquement et intellectuellement, et même dans les pays matériellement développés, les femmes sont le plus souvent refoulées au second plan lorsqu’il s’agit de partager le pouvoir politique.


Ainsi, dans notre monde, les femmes, et aussi l’aspect féminin contenu en tout homme, ont été entravées : les hommes, tout autant que les femmes, en souffrent.


Dans un discours prononcé en octobre 2002 au Palais des Nations à Genèvre, Shrî Mâtâ Amritânandamayi, une sainte contemporaine, a lancé un appel pour que les femmes et les hommes partout dans le monde se réveillent et prennent conscience de ce pôle féminin.


Mâ Amritânanda recommande aux femmes dans les......
http://chinmayamission.free.fr/html/let15_feminin_masculin.htm

http://www.amma-europe.org/french/index/sommaire.php

on profondeur, il y a un homme en toute femme, et une femme en tout homme. Du point de vue biologique, chaque organisme contient à la fois des hormones masculines et des hormones féminines. Du point de vue psychologique, les recherches ont montré que chaque homme a un aspect féminin, et chaque femme un aspect masculin (« animus-anima »). C’est le reflet d’une réalité cosmique, symbolisée par la forme divine hindoue « Ardhanarîshvara », à moitié homme, à moitié femme.

Kommentiere diesen Post