THIERRY VISSAC

Veröffentlicht auf von AKOUALAH

ry

 

Il y a près de 30 ans, la rencontre avec une pratique de méditation orientale produisit un premier réveil. Rien dans mon éducation ou mes souvenirs conscients ne pouvait indiquer qu’une telle pratique aurait un effet aussi radical sur moi. Une partie du voile semblait se déchirer :

ce monde violent et sans amour n'était peut-être pas tout ? Il semblait y avoir autre chose à quoi je pouvais accéder.

Quelques mois plus tard, alors que j’avais à peine 20 ans, j’ai rejoint une communauté spirituelle au centre de la France où j'ai fêté mon anniversaire dans une atmosphère qui a lavé la douleur d'être vivant collant encore à mon coeur.


'ai passé plus d'un an dans cette atmosphère que j’ai ensuite quittée avec le désir de confronter à nouveau le monde et ses secrets. Ma vie avait retrouvé son sens et j’avais puisé une force nouvelle en moi.


La méditation régulière continuait de ponctuer mon quotidien. Elle était devenue un refuge de paix où mon corps et mon âme se sont ressourcés sans un écart pendant 17 ans.


Après un bref passage dans un monastère et un séjour aux États-Unis, je suis ainsi devenu instructeur de méditation auprès d’un maître indien qui voulait faire de moi un des instruments de la « paix mondiale ».

J’ai étudié le Veda, le Sanskrit, les Mantra et les Puja. Mon souffle s’est imprégné des fumées d’encens, mon esprit de la physique quantique et de l’espoir d’un monde nouveau.


Pourtant, cette voie que je m’étais tracée vint à s’effondrer brutalement. Je ne l’ai pas quittée de mon plein gré, elle s’est détachée de moi par la force des choses, le choc de déceptions douloureuses, d’illusions perdues.

Je me suis retrouvé « à terre ».


Et c’est en tombant du lit que je me suis réveillé.
http://www.istenqs.org/thierry.htm

Um über die neuesten Artikel informiert zu werden, abonnieren:

Kommentiere diesen Post